Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

Cultiver soi-mEme des champignons

Cultiver soi-même des champignons lignivores comestibles tels que le shiitake, ou pleurote en coquille, était considéré jusqu’ici comme une activité difficile. Nous vous montrerons comment ceci est également possible dans votre propre jardin, avec un matériel très simple, et de façon très simple.

Transcription 

Cultiver soi-même des champignons lignivores comestibles tels que le shiitake, ou pleurote en coquille, était considéré jusqu’ici comme une activité difficile mais aujourd’hui je vous montre comment ceci est également possible dans votre propre jardin, avec un matériel très simple, et de façon très simple.
Pour bien comprendre ce qui se produit réellement dans la culture de champignons lignivores comestibles, nous devons regarder la nature. La nature nous montre ce qui se passe avec ce matériau organique. Le bois mort, les feuilles sur le sol… Et regardez, si j’enlève ici cette couche supérieure…

J’arrive ici… dans une couche… et bien, c’est presque un humus pur…

Et le responsable de cela, le plus grand responsable, ce sont les champignons. Des champignons qui poussent dans le sol. Nous ne les voyons pas mais ils sont bien là.
Si ces champignons n’étaient pas là, la terre serait recouverte d’un tas de matériau en décomposition en quelques années. En effet, les champignons font en sorte que le matériau organique mort – bois, feuilles mortes, … et ainsi de suite – que ce matériau est digéré en substances nutritives qui peuvent être à nouveau absorbées par les plantes!
Donc la nature veille à nourrir les plantes grâce aux champignons, ils semblent avoir de plus en plus d’importance. Ces dernières années, la recherche a montré qu’il existe même des arbres qui vivent en symbiose avec les champignons. Là où les champignons forment des réseaux autour des racines qui sont vitales pour les arbres, les plantes… également dans votre jardin!
Et ici nous pouvons voir comment cette couche de humus… est formée à partir de tout ce matériau mort, de toutes ces feuilles, ces brindilles… Et, si vous creuser vers le bas, cela devient toujours de plus en plus fin, jusqu’à obtenir à la longue du humus pur.
Les champignons transforment la couche de paillis en terre de déchets végétaux. La terre de déchets végétaux devient de l’humus, et l’humus, et bien, il contient les aliments pour les plantes. Et la boucle est ainsi bouclée.

Et nous voyons aussi très bien ces champignons sur le bois mort... oui, les champignons ont généralement une couleur blanche… Ici, regardez… ces champignons qui poussent ici aussi à travers ce bois… et des carpophores apparaissent. Dans ce cas-ci ce sont des tramètes versicolores. Oui, ce sont des champignons lignivores sauvages, ils ne sont pas comestibles, mais celui-ci ici par exemple… celui-ci a déjà bien poussé…

Et si vous les retournez, regardez … c’est toute une masse de champignon, et cela s’appelle un mycélium. Et une fois qu’un bout de bois a grandi avec ce mycélium, des carpophores peuvent s’y déposer. Et des champignons peuvent alors s’y former. Et nous allons imiter cela avec des variétés comestibles. Avec le shiitake – champignon lignivore japonais – et avec un champignon en coquille.
La culture commerciale du champignon lignivore se fait sur des substrats qui sont un mélange de sciure de bois et de certains ajouts, mais c’est très compliqué, et pas vraiment à la portée du jardinier amateur. Mais un système a été mis au point dans l’université de Gand, son instigateur était le professeur Poppe dans les années septante. Il permet de cultiver des champignons lignivores à l’aide de chevilles.
Vous connaissez bien les chevilles, ce sont des chevilles à bois ordinaires, elles sont généralement réalisées en hêtre et bien, celles-ci peuvent être greffées dans des laboratoires avec un champignon pur. Car il est très important d’avoir un champignon de cette variété pure, et pas d’autres champignons intermédiaires car les champignons se font concurrence dans le bois. Ces chevilles, transformées en chevilles à greffe, des chevilles avec lesquelles vous pouvez greffer des champignons dans le bois fraîchement mort. Et ces chevilles à greffe, et bien elles ont un peu poussé après quelque temps, nous le voyons ici, ce sont des chevilles à greffe pour shiitake, pour euh, les champignons du chêne japonais, vous voyez que le champignon apparaît déjà à la surface, et s’il reste du temps, cela va se développer, nous le voyons ici, et regardez, nous allons utiliser ces chevilles pour les insérer dans des trous dans le bois afin que le champignon puisse grandir à travers le bois, de cette manière nous imitons en fait le processus naturel de formation de champignons, de formation de carpophores.
Vous n’avez pas encore besoin de beaucoup de matériel. Il vous faut une perceuse, avec une mèche à bois, et bien le diamètre de cette mèche à bois aura un millimètre de plus que le diamètre des chevilles à bois dont est constitué le matériau de greffe, donc un peu plus grand, ainsi elles entreront plus facilement,. Puis nous perçons des trous, et nous perçons simplement vers le milieu, et au total nous devrons toutefois percer une cinquantaine de trous dans ce tronc pour insérer toutes les chevilles, et nous percçons aussi à une profondeur suffisante. Percer en profondeur afin de garder encore un espace derrière la cheville, ce qui permet au champignon de poursuivre sa croissance.
Ensuite elle traverse les vaisseaux du bois, dans la longueur du tronc, elle se répand dans le bois, cela dure de quatre à six semaines, et puis elle s’élargit, ce processus dure nettement plus longtemps, vous pouvez le faire entre janvier et avril au plus tard, cela doit s’être produit à ce moment-là, et puis vous placez les troncs à un endroit à l’abri des courants d’air, où la pluie peut tomber mais où il n’y a pas de vent et où le soleil ne brille pas non plus directement, donc d’abord un peu percer.
Et bien, ceci ce sont les chevilles de la pleurote en coquille hivernale, et celles-ci pénètrent bien dans le peuplier, et vous avez remarqué que je travaille en spirale, vers le bas, ce n’est jamais bon de travailler sur une seule ligne, vous devez veiller à ce que les champignons puissent se répartir le plus vite possible, verticalement à travers les vaisseaux du bois et plus tard horizontalement, ce qui est nettement plus lent, à travers le reste du bois.
Si vous le faites autour de cette période de l’année, cela veut dire à la fin de l’hiver, au plus tard en avril, vous pouvez encore espérer des carpophores au cours de ce même automne. Tout ce que vous devez faire, c’est placer ce bois, après qu’il soit totalement greffé, à un endroit que la pluie peut atteindre, que le soleil n’atteint pas et où le vent ne souffle pas, donc certainement pas sous un abri ou autre, car dans ce cas le champignon ne peut pas grandir, le bois va se dessécher et vous devez éviter cela.
Regardez, les petits troncs ne doivent pas toujours être aussi épais, une section de quinze centimètres est généralement plus que suffisante, si vous multipliez la section par deux et demi, quinze fois deux et demi, ceci, disons, équivaut à une quarantaine de perforations pour une épaisseur de quinze centimètres. Plus le bois est épais, plus les perforations sont nombreuses, plus vous aurez besoin de greffes, mais si vous multipliez simplement la section du bois, ici 25 centimètres, par deux et demi, vous obtenez cinquante, plus encore douze, il vous suffit de soixante à soixante-cinq perforations.
Et le plus souvent un tel sachet contient bel et bien cinquante à soixante de ces, euh, chevilles. Vous pouvez les commander en ligne très facilement et puis vous pouvez vous mettre au travail. Regardez, ce petit tronc c’est aussi un tronc de chêne, celui-ci est totalement … greffé avec des chevilles, et vous voyez déjà au blanc ici que le champignon a totalement grandi jusque sous l’écorce et ici j’ai déjà récolté un champignon shiitake.
Ce que vous devez certainement faire avec le shiitake, si vous voulez le récolter, c’est imbiber le tronc. Plongez-le simplement dans l’eau, simplement le mouiller ne suffit pas, il doit vraiment être immergé sous l’eau. Plongez-le simplement dans l’eau jusqu’à ce qu’il coule presque et placez-le à un endroit qui n’est pas ensoleillé, qui est à l’abri du vent, et vous obtiendrez en un minimum de temps de magnifiques champignons du chêne.
Du reste, de nombreuses propriétés médicinales de ces champignons sont très importantes, en plus des propriétés culinaires, certainement pour ces champignons, ces shiitake, cultivés au Japon depuis des centaines d’années, la culture fut à ce point abondante que l’essence de bois sur laquelle il a grandi avait quasi disparu au Japon. Et bien, ce shiitake a des propriétés anti-cancéreuses c’est scientifiquement prouvé. Il regorge d’anti-oxydants et d’oligo-éléments, qui sont très sains pour l’être humain, donc pourquoi ne le tenteriez-vous pas? Des champignons de votre propre jardin, et bien, ce n’est pas du tout difficile.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.