naar top
Menu
Logo Print

EVACUATION DE L'EAU SILENCIEUSE
PAR UNE STRATEGIE PREVENTIVE

L'Installateur peut avoir un impact important sur les prestations sonores

Dès la phase de planning, on doit tenir compte des nuisances sonores, par exemple en regroupant des pièces sensibles. Hélas, ce n'est pas toujours le cas

Dès la phase de planning, on doit tenir compte des nuisances sonores, par exemple en regroupant des pièces sensibles. Hélas, ce n'est pas toujours le cas  - Source: CSTC

Après l'arrivée d'eau dans la partie 1, nous approfondissons maintenant l'évacuation de l'eau et les appareils. Ces éléments produisent aussi du bruit, mais moyennant la prise en compte de quelques points d'attention dans le planning et l'exécution, ceci peut être ramené à un minimum absolu.

BRUIT D'ECOULEMENT VENU DE DEUX COMPOSANTS

Dans la première partie, nous avions déjà expliqué la différence entre bruit aérien et bruit de choc.

Le second composant est surtout important dans l'arrivée de l'eau, le bruit aérien est aussi un facteur important dans l'évacuation de l'eau. Pour ce type de bruit, la source elle-même est responsable du bruit et entraîne le déplacement de l'air tout autour. Dans les installations d'évacuation, il s'agit par exemple des nuisances acoustiques qui se créent dans le tuyau d'évacuation par des turbulences dans l'eau. Par rayonnement dans la gaine de la conduite, le bruit traverse la paroi de la gaine et atteint le récepteur. Le facteur bruit de choc est aussi présent dans l'évacuation et constitue le second composant. Les turbulences dans l'eau produisent le bruit aérien direct et sont responsables des vibrations du tuyau d'évacuation. Via les fixations, la paroi de montage se met à vibrer. La paroi de montage, à son tour, rayonne le bruit jusqu'à l'utilisateur.

PREVENTIF DANS LA PHASE DE CONCEPTION

Si les gaines de conduite sont tout de même proches de pièces sensibles, limitez le nombre de côtés adjacents ou tentez de les placer dans une pièce contiguë

Si les gaines de conduite sont tout de même proches de pièces sensibles, limitez le nombre de côtés adjacents ou tentez de les placer dans une pièce contiguë - Source: CSTC

Cela vous est déjà probablement arrivé: sur un chantier, l'emplacement prévu pour les tuyaux d'évacuation découle à tout le moins d'un choix malheureux. Les gaines tubulaires qui circulent entre deux chambres, par exemple. D'emblée, une occasion manquée, car une bonne conception rend la plupart des mesures acoustiques superflues. En règle généralel, les architectes veilleront à éviter autant que possible les pièces sensibles au bruit en communiquant les évacuations, mais hélas, on le néglige encore. Ceci crée une surcharge inutile pour les occupants. Dans certains cas, il est hélas impossible d'apporter des modifications constructives au concept. Si tel est le cas, on peut bel et bien examiner s'il est possible de limiter le nombre de gaines attenantes à ces pièces en les plaçant, par exemple, sous un angle. D'autres conceptions malheureuses existent quand les salles de bains sont prévues au-dessus des chambres.

PREVENTIF POUR LA PHASE D'INSTALLATION

A moins d'être étroitement impliqué dans la réalisation du bâtiment dès la phase conceptuelle, vous serez confronté le plus souvent aux négligences quand c'est trop tard. Toutefois, vous pouvez encore agir sur les prestations sonores, en travaillant sur deux piliers différents: éviter le contact entre les appareils et l'évacuation d'une part et les murs/sols d'autre part, et secundo par le choix des matériaux.

Choix des matériaux et diamètres des conduites

Les facteurs les plus déterminants sont le matériau des conduites/descentes et la hauteur de la chute de l'eau. Des descentes plastiques alourdies produisent jusqu'à 5 dB de bruit en moins que les descentes en PVC standard (pour un diamètre de 110 mm), une exécution en fonte sans manchon même 7 dB. Pour déterminer la production de bruit pour d'autres diamètres, vous trouvez une liste avec des valeurs correctrices dans le tableau sur cette page.

Les raccordements sur les conduites horizontales sont de préférence étagés, avec deux angles de 45° et une pièce intermédiaire de 25 cm

Les raccordements sur les conduites horizontales sont de préférence étagés, avec deux angles de 45° et une pièce intermédiaire de
25 cm  - Source: CSTC

Notez qu'un plus grand diamètre de tuyau (pour un même débit) augmentera le niveau sonore, car la surface tubulaire est encore agrandie et donc aussi le niveau de bruit rayonné. Par ailleurs, il faut éviter les glissements et les déplacements d'axe, certainement sachant que ceci augmente le bruit de 15 dB.

Si un coude est toutefois nécessaire, il est fortement recommandé de l'exécuter en deux mouvements. Le travail avec deux angles de 45° avec un morceau droit intercalé d'au moins 25 cm diminuera l'augmentation de bruit de 6 à 9 dB. Le même principe est valable pour le raccordement d'une descente sur une conduite horizontale.

La hauteur de chute détermine aussi le niveau sonore

Par hauteur de chute d'un étage supplémentaire, le niveau sonore augmente d'environ 1 dB. Une chute progressive évite ceci.

Appareils

Outre les conduites d'évacuation, les appareils sont une source possible de bruit. Songez aux chasses de WC, au bruit de rinçage des lave-linge ou aux bruits tourbillonnants. Dans les évacuations de WC, le siphon anti-odeur peut être vidé par aspiration ou surchargé par la suppression ou dépression créée et produire un bruit de clapet irritant. Un simple aérateur peut déjà apporter un grand soulagement.

PENDANT L'INSTALLATION

Réduire le bruit aérien

Dans l'évacuation, le bruit de choc et le bruit aérien sont un sujet

Dans l'évacuation, le bruit de choc et le bruit aérien sont un sujet  
- Source: CSTC

Pour réduire le composant bruit aérien, le tuyau d'évacuation peut être isolé. Ici, il est recommandé de combiner un lourd manteau extérieur flexible étanche à l'air avec une isolation de conduite souple. Cette isolation de conduite peut consister en laine minérale ou mousses flexibles à structure cellulaire ouverte. Cette combinaison peut déjà procurer de belles réductions sonores. Des études évoquent une réduction possible de 20 dB. Attention de ne pas utiliser des mousses thermiques rigides à structure cellulaire fermée, car elles ont souvent un effet contraire.

Réduire le bruit d'impact

Les fixations jouent un rôle significatif dans la transmission du bruit d'impact. Quelques règles empiriques importantes peuvent apporter bien des changements:

 

 

 

 

  • Fixez les fixations autant que possible aux parois les plus lourdes.
  • Evitez les fixations aux séparations entre appartements ou deux unités d'habitation.
  • Pour fixer les conduites d'évacuation, on peut utiliser des étriers acoustiques avec un insert souple. Par rapport aux étriers rigides, elles réduisent le bruit de 2 à 3 dB.
  • Les parois de gaine peuvent être pourvues de laine de roche ou laine minérale. Partez d'une épaisseur minimale de 3 cm.
  • Essayez toujours de désaccoupler les parois de gaine de la paroi de montage et si possible, aussi du sol et du plafond.
  • Pour encore réduire le bruit d'impact, on peut utiliser des tapis insonorisants près des baignoires et des désaccouplements de vibrations près des lavabos.

Traversées des parois de gaine

Une erreur fréquente est qu'un entrepreneur - par ignorance ou négligence - pratique une traversée dans une paroi de gaine, mais néglige de la colmater dans les règles de l'art. Une étanchéité ne peut jamais avoir une influence négative sur la prestation acoustique de la paroi de gaine! Il est préconisé d'éviter un contact rigide entre la traversée de conduite et l'évidement. On doit aussi éviter les contacts rigides entre la conduite d'évacuation et les légères parois de gaine (p.ex. par des débris de mortier ou un manque d'espace autour des conduites). Respectez les exigences d'incendie!

Traversées sols et parois massives

L'exécution flexible des traversées des sols et des parois massives est conseillée. les contacts rigides doivent être évités. Le joint est réalisé en laine minérale ou une solution similaire combinée avec un mastic en matériau souple permanent. Les joints en mousse rigide (comme PUR) sont inadaptés.

INSTALLATIONS PLUS ANCIENNES

En cas de plaintes sur des installations plus anciennes, cela vaut la peine d'examiner l'évacuation complète. De nombreux tuyaux lourds en plomb dans d'anciennes installations ploient sous leur poids et entravent la fluidité de l'évacuation. Un autre problème fréquent est le dépôt accumulé au fil des ans dans les tuyaux et pouvant entraver l'écoulement. Ceci peut résulter dans une surpression ou dépression si un WC se vidange ou si un lave-linge se vide ailleurs dans l'installation.

Cet article a été élaboré en collaboration avec dr. ir. Lieven De Geetere, Département Acoustique du CSTC