Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

AUTOCONSTRUCTION - EPISODE 81

Test d'étanchéité à l'air et contrôle des égouts - Ep. 81 - Maintenant que la maison est quasi achevée, nous faisons procéder à certains contrôles indispensables, comme le test d’étanchéité à l’air définitif. Les égouts sont également contrôlés, afin que tout soit conforme, avant d’emménager dans la maison.

Transcription 

Dans l’émission précédente, nous avons installé nous-mêmes notre système audio. Nous avons prévu des hauts-parleurs adaptés en fonction de notre espace, qui ont aussi été intégrés dans la mesure du possible dans notre mur ou le plafond.

En définitive, nous avons pu tout commander à distance avec une appli.

 

 

 

 


Dans cette émission, nous faisons procéder à un certain nombre de contrôles indispensables.

Maintenant que la maison est quasi achevée, le test d’étanchéité à l’air définitif peut être effectué.

Et les égouts sont également contrôlés, afin que tout soit conforme, avant d’occuper la maison.

 


Nous ne pouvons pas effectuer nous-mêmes ces contrôles et nous les confions aux instances de contrôle agréées, si bien que nous ne pouvons pas économiser là-dessus.

 

 

 

 

 

 

 


Lors de la rénovation de la Maison en autoconstruction, nous avons voulu obtenir une maison plus économe en énergie et dans cette optique, l’étanchéité à l’air est très importante.

En général, c’est surtout l’enveloppe extérieure de la maison qui réclame l’attention pour garantir l’étanchéité à l’air, parce que les courants d’air peuvent pénétrer dans la maison à ces endroits. En traitant cet aspect, vous pouvez diminuer votre coût énergétique ultérieur.

 


L’étanchéité à l’air des murs peut être garantie par le plâtrage mais par ailleurs, il existe des endroits où le plâtrage est moins ou pas possible. Songez au raccord entre le sol et le mur, le sol et le plafond, aux ébrasements de fenêtre…

Ces zones sont donc des points délicats auxquels nous avons donné une couche de protection supplémentaire avec un revêtement étanche à l’air.

 


Après ces travaux d’étanchéité à l’air, nous avons décidé de faire procéder à une mesure d’étanchéité à l’air intermédiaire ou un test blowerdoor avant d’entamer les travaux de plâtrage et la construction du sol.

 

 


Homme 1
L’avantage d’une mesure intermédiaire est que le client peut encore apporter des adaptations et fournir des efforts sur l’étanchéité à l’air. Et grâce à cette mesure intermédiaire, nous pouvons encore prodiguer des conseils, car si nous attendons la fin de la phase de construction, ces adaptations ne sont quasi plus possibles.
Cette mesure intermédiaire nous a donné une idée des endroits où existaient encore des points névralgiques en matière d’étanchéité à l’air. De cette manière, nous avons pu les aborder de façon ciblée pendant le déroulement ultérieur des travaux.

 

 


Homme 1
Dès que la maison est quasi achevée, que tout est mastiqué, que les plinthes sont placées, … nous pouvons passer à la mesure de la certification. Donc un test final.


Homme 1
Celui-ci sert à montrer que… la maison satisfait au niveau E, ou à l’exigence prévue. Etant donné que les fuites d’air repérées au cours de la mesure indicative sont bien résolues, le résultat est naturellement nettement meilleur que la mesure précédente.
Pour pouvoir exécuter ce test, la différence de pression entre l’extérieur et l’intérieur doit être mesurée. Ceci permet de déterminer la quantité d’air qui quitte ou entre dans la maison.

 

 


Homme 1
La maison est mise sous la pression de référence de 50 Pascal. Aussi bien en dépression qu’en surpression, La moyenne de ces deux valeurs est le résultat pouvant être utilisé et repris dans le dossier PEB.
Pour pouvoir procéder à la mesure proprement dite, les appareils nécessaires doivent être installés.

A cette fin est monté dans l’ouverture de porte un ventilateur qui extraira l’air de la maison.

A l’aide d’un cadre réglable et d’une toile, il est installé sur place.

 


Le contrôleur règle ce cadre jusqu’à ce qu’il s’insère précisément dans l’ouverture de porte.

Les bords sont pourvus de caoutchouc, afin de bien s’ajuster et d’exclure la perte d’air.

 


Un fois bien réglé, il tend une toile par-delà le châssis…

Et il fixe l’ensemble dans l‘ouverture de porte.

 


Entre-temps, un boyau est raccordé sur le côté extérieur de la toile. De cette manière, l’appareil saura quelle est la pression d’air à l’extérieur.

Et à l’intérieur interviendra encore plus tard une mesure de référence.

 


Dans le bas, le raccord entre la toile et le cadre de porte est encore recouvert d’un ruban adhésif, afin d’obtenir une liaison la plus étanche à l’air possible.

 


Une pince supplémentaire au centre est nécessaire, afin que la construction ne soit pas soufflée hors de l’ouverture de porte par la différence de pression.

 


Pour terminer, le ventilateur est placé. Celui-ci s’insère parfaitement dans l’ouverture de la toile.

Et tout est encore raccordé avec les câbles nécessaires.

 


En guise de dernière étape préparatoire, le contrôleur bouche encore l’évacuation et l’amenée de la ventilation. Les conduites principales sont désaccouplées de l’unité de ventilation et rebouchées par un ballon. Ainsi l’air ne pourra pas entrer ou sortir de la maison par ce chemin.

 


Entre-temps, il effectue encore aussi un contrôle de la maison, afin que toutes les fenêtres et portes soient certainement fermées avant de commencer le test.

 


Via un ordinateur portable, toutes les mesures seront désormais enregistrées.

Il est bel et bien important que le contrôleur dispose des documents requis à cette fin. Procurez-lui la déclaration de départ et le rapport PEB de votre maison et veillez à avoir sous la main les données – telles que la surface de déperdition – du bâtiment. Ainsi il peut y faire coïncider la mesure.

 


Dès que toutes les informations nécessaires sont complétées, le test peut commencer.

Pour cela, il commence par faire tourner le ventilateur pour mettre la maison en dépression.

 


Après quelques secondes, ceci est déjà en ordre et la mesure peut être réalisée.

S’il constate encore une perte d’air à certains endroits, ceux-ci sont encore masqués.

 


Lorsque toutes les mesures sont enregistrées, le ventilateur est tourné dans l’ouverture de porte pour mettre la maison désormais en surpression. De cette manière, la seconde partie du test peut être exécutée pour obtenir les résultats définitifs.

 


Ici on examine surtout le débit de fuite, ceci est le nombre de mètres cubes qui pénètrent dans votre maison via l’enveloppe par heure.

Dans le rapport PEB, le but pour cette valeur est fixé à 12, mais plus elle est basse, plus c’est bon.

 

 


Homme 1
La mesure de l’étanchéité à l’air, le test de certification, vient d’être exécuté. Par rapport à la mesure indicative, nous nous situons naturellement à un niveau bien meilleur. Le résultat s’est fortement amélioré. Les points névralgiques, les fuites d’air, sont traités.

Actuellement nous nous situons à un chiffre de 5,8. Par rapport à la valeur par défaut de 12, ceci est donc la moitié. C’est une différence d’environ 6. Cela signifie que le client final, ou le rapporteur PEB, gagnera 6 points de niveau E grâce à ce rapport. Le besoin d’énergie sera aussi nettement plus faible. C’est bon pour le client, bon pour la maison. Et la sensation de confort sera aussi nettement accrue étant donné l’absence de fuites d’air, tandis que la sensation de courants d’air sera également moins grande.
En d’autres termes, ce test blowerdoor vous précise à quel point votre niveau E, votre confort et votre économie d’énergie peut être influencée positivement par vos travaux de construction.

 

 


Homme 1
Un tel test sert aussi à voir si les travaux sont exécutés de façon correcte, donc un contrôle des entrepreneurs. Et un tel test final sert à voir si l’enveloppe du bâtiment est satisfaisante.

Si tel ne devait pas être le cas, et qu’on n’atteint pas le résultat prévu, l’exigence prévue, des amendes peuvent suivre éventuellement.


Homme 1
Le résultat de la mesure est repris dans un rapport, qui est également accompagné d’une déclaration de conformité. C’est un document complémentaire qui est obligatoire pour inclure le résultat dans le rapport PEB.
Après le test, le contrôleur démolit proprement la construction et désaccouple la ventilation, de telle sorte que tout retrouve son état original.

 


Si ceci n’a pas encore été effectué, vous pouvez encore faire vérifier les mesures sur votre système de ventilation après le test blowerdoor, de telle sorte qu’un rapport de performance peut être établi.

 


Dans chaque pièce sont ajustés les débits mesurés et les vannes, jusqu’à atteindre la valeur exigée.

 


Le rapport de cette mesure de ventilation est établi et envoyé vers votre rapporteur PEB.

Si votre demande de permis de bâtir date de 2016 ou plus tard, ce rapportage est une partie obligatoire de votre dossier PEB.

 

 

 

 


Un contrôle nécessaire complémentaire que nous devons encore faire exécuter est l’inspection de notre évacuation des eaux privées. Ceci doit se faire avant la mise en service de la maison mais en principe vous pouvez déjà la planifier avant.

 

 


Homme 2
Afin de faciliter notre travail, le plus tôt sera le mieux, mais le dispositif privé complet doit bel et bien être aménagé. Les appareils ne doivent pas encore être raccordés, c’est donc possible sans toilettes, sans lavabo ou installations de cuisine... Simplement un tuyau qui arrive quelque part, c’est déjà suffisant pour nous pour pouvoir exécuter l’inspection.


Homme 2
L’inspection pour l’évacuation des eaux privées consiste en premier lieu à contrôler que les eaux de pluie et les flux d’eaux usées sont séparés correctement sur le terrain privé du maître d’ouvrage.


Homme 2
En premier lieu, nous allons regarder dans quel type de zone se situe le bâtiment. Il existes plusieurs possibilités, nous pouvons le demander auprès de la VMM – de Vlaamse Milieu Maatschappij – et sur cette base, nous savons quel système, quelles exigences existent pour l’évacuation des eaux privées.

Nous demandons alors les plans au maître d’ouvrage et également une liste des éléments pour voir quels puits sont utilisés dans son projet. Et nous les contrôlons sur place, pour voir s’ils sont construits selon le plan. Dans la négative, apporter une modification sur le plan, de telle sorte que nous avons une vue correcte de l’aménagement du système d’égouts.
La zone détermine comment les égouts doivent être prévus. Donc dès que l’inspecteur en a connaissance, il commence à contrôler tous les puits prévus.

Veillez à ce qu’ils soient suffisamment accessibles.

 


De cette manière, une première inspection visuelle des puits peut être effectuée.

 

 


Homme 2
Il existe différentes méthodes de contrôle. Le plus facile est le contrôle visuel. Si les tuyaux sont encore visibles, par exemple dans un jardin qui n’est pas encore aménagé, vous pouvez suivre très facilement quel est le trajet que prendront les flux de déchets. Euhm... si cela n’est pas possible, vous avez d’autres solutions, comme travailler avec la fumée. Vous envoyez de la fumée dans un tuyau et vous regardez où celle-ci ressort de l’autre côté. Vous pouvez travailler avec des flux d’eau, éventuellement allongés avec des colorants, de telle sorte que vous pouvez retracer d’où provient quel flux. Vous pouvez travailler avec le son, et il existe probablement encore plusieurs méthodes... Nous allons surtout nous focaliser sur le visuel, la fumée et les colorants.
La prochaine étape qu’il suit pour contrôler une séparation et un raccordement corrects des égouts recourt à un test de fumée.

 


En insufflant de la fumée dans la conduite qui aboutit dans la citerne d’eau de pluie, il peut voir si tous les raccordements sont bien réalisés.

Et il sait aussi si l’eau provient effectivement des tuyaux d’évacuation de la pluie.

 


Si la fumée provient donc des points d’évacuation du toit, il est certain que l’eau de pluie qui pénètre dans la citerne est propre.

 


Puis le flux d’eaux usées est contrôlé dans la fosse septique.

Les eaux usées doivent donc être séparés de l’eau de pluie propre et aboutir à cet endroit.

 


En tirant la chasse des toilettes, il peut écouter s’il entend l’eau s’écouler dans la fosse.

 


Par ailleurs, un test visuel est également effectué en vidangeant un colorant aux endroits où les eaux usées doivent être évacuées.

Il s’agit donc aussi bien des toilettes que de l’évacuation des lavabos, par exemple.

 


Si tout est bien raccordé, cette eau colorée devrait arriver et donc être également visible dans la fosse septique.

 


L’inspecteur effectue ainsi différents tests jusqu’à ce qu’il puisse affirmer avec certitude que le système d’égouts est conforme à ce qui est prescrit.

 

 


Homme 2
Après l’inspection, nous allons rédiger notre rapport et le faire parvenir aux instances de contrôle qui délivrent une attestation de contrôle pour la maison.
Cette inspection contribue en définitive à une gestion plus efficace des eaux usées et à une meilleure qualité des cours d’eau.

Une bonne raison donc pour aménager vos installations d’eaux usées selon un système séparé.

 

 


Homme 2
Ceci parce que cela procure certains avantages, tels qu’une séparation des flux de déchets. Nous avons les eaux usées et les eaux propres. Les eaux propres peuvent être déversées directement dans les égouts… euh la rivière. Le flux d’eaux usées prendra la direction d’une station d’épuration. A terme, l’objectif est que chaque flux est purifié. Du fait qu’il s’agit d’eau plus sale, elle peut être mieux purifiée et l’eau de pluie n’est pas purifiée inutilement, celle-ci peut être directement réutilisée en fait. Euh... d’autre part, il y a donc aussi l’avantage en cas d’inondations de ne pas avoir deux flux qui entrent dans les mêmes tuyaux. Je pense que l’avantage est évident. Euhm… mais d’autres aspects sont aussi obligatoires, comme l’infiltration pour pouvoir réutiliser l‘eau sur son propre terrain au lieu d’encombrer les réseaux d’égouts.
Avec également une inspection de notre installation intérieure qui nous garantit que les équipements sanitaires et la qualité de l’eau potable dans la maison sont sécurisants et corrects…

Et avec l’inspection de notre électricité, nous disposons de toutes les attestations pour pouvoir mettre la maison en service.

 

 

 

 


Nous avons confié ces contrôles à des instances de contrôle agréées et n’avons pas pu réalisé des économies là-dessus.

Le montant économisé reste donc inchangé, à 103.110 euros.

 

 

 

 


Dans l’émission suivante, nous poursuivons avec la finition esthétique de notre maison.

Le plâtrage a pu sécher suffisamment, nous pouvons donc peindre les murs. Mais avant de le faire, les murs sont d’abord lissés et recouverts d’un papier intissé.

 


Vous voulez revoir la Maison en autoconstruction? Surfez alors sur www.dobbit.be!

 

 

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.