Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

AUTOCONSTRUCTION - EPISODE 82

Lisser les murs - Ep. 82 - Il est temps de passer à la finition esthétique de notre maison. Le plâtrage a pu sécher suffisamment, nous pouvons donc achever les murs et plafonds. Avant de pouvoir peindre, tout doit être lissé et nous posons un papier intissé.

Transcription 

Dans l’émission précédente, nous avons fait procéder à certains contrôles indispensables.

Car maintenant que la maison est quasi achevée, le test d’étanchéité à l’air définitif a pu être effectué.

Et les égouts ont également été approuvés, afin que tout soit conforme, avant d’habiter dans la maison.


Dans cette émission, nous procédons à la finition esthétique de notre maison.

Le plâtrage a pu sécher suffisamment, nous pouvons donc achever les murs et les plafonds. Mais avant de pouvoir peindre, tout doit être lissé et nous plaçons un papier intissé.
Nous confions ces travaux à des professionnels, pour avoir l’assurance d’un résultat parfait. C’est pourquoi nous ne pouvons pas réaliser des économies sur ce point.


Nos murs ont été enduits d’un plâtrage. Nous voulons maintenant encore le peindre en vue d’une finition nette de la maison.

Tenez compte du fait que vous devez atteindre au moins 6 mois après le plâtrage avant de le faire, afin que la majorité de l’humidité ait disparu de votre plâtre.

Si vous disposez de plus de temps, attendez encore un peu plus longtemps de préférence.
Peindre des murs paraît simple mais si vous voulez un joli résultat tendu, vous devez parcourir de nombreuses étapes.

Car une préparation optimale du support est essentielle. C’est la seule manière d’obtenir l’effet visé avec votre couche de peinture.
Pour pouvoir travailler rapidement et proprement, le peintre commence par dévisser toutes les plaques de finitiondes prises électriques et des commutateurs.

De cette manière, il peut achever le mur jusque derrière les plaques de finition et il ne les salit pas.
Dès que le travail de peinture est achevé, elles peuvent être revissées contre le mur.
Avant de s’attaquer aux murs proprement dits, il va encore les protéger par un ruban de masquage.

Car il est nécessaire de protéger tout ce qui pourrait se salir contre les projections d’enduit ou de peinture.
Les fenêtres et la menuiserie peuvent être aisément recouverts par un film de masquage pré-encollé.

Il découpe la toile environ sur mesure et la colle sur tous les côtés.
Ensuite il réalise un joli raccord droit le long des bords avec une bande de ruban adhésif supplémentaire.
Protégez de cette façon toute la menuiserie qui coïncide avec les murs à parachever et retirez aussi les radiateurs, vous pouvez ainsi parachever facilement jusque derrière.
Pour terminer, il est nécessaire de veiller à bien protéger le sol.

Il nettoie le sol avant de le recouvrir, car la poussière empêcherait l’adhérence du ruban adhésif.
Dans notre cas, le peintre utilise une membrane de recouvrement respirante. Elles est fabriquée en fibres de polyester et assure une bonne protection du sol contre l’humidité, la chute d’outils et donc aussi la peinture ou l’enduit.
Du fait qu’un côté est autocollant, vous évitez également le déplacement de la la membrane et le risque de glissade.
Finalement, il recouvre encore le film avec un tapis en stuc. Ave ce solide papier, il procure une couche de protection supplémentaire qui peut aussi être aisément brossée pendant les travaux.
Les bords doivent à nouveau être proprement masqués afin que le sol complet soit protégé.
Maintenant il peut s‘attaquer aux purs et plafonds proprement dits. Ceci s’effectue en trois phases.

En guise de première étape, le plâtrage est lissé.

Puis il pose partout un papier intissé, pour terminer par la dernière étape: le travail de peinture proprement dit.
Le lissage s’effectue également en plusieurs étapes, pour obtenir un support parfaitement égal.

A commencer par le remplissage des trous les plus grands.
Le peintre le fait avec un enduit en poudre.

En mélangeant cette poudre avec la quantité d’eau prescrite, il obtient une pâte onctueuse avec laquelle il peut remplir les creux.
Il applique ceci dans le trou et racle le produit excédentaire avec une taloche.
Cette étape intermédiaire supplémentaire est nécessaire afin d’éliminer déjà les différences de profondeur trop grandes, avant de commencer avec la couche lissante d’enduit plus fin.
Attendez au moins 24 heures avant de passer à cette étape suivante, afin que l’enduit en poudre ait déjà durci suffisamment et que vous ne le retiriez pas des creux.
Avant de lisser les murs avec un enduit de finition, il va encore les rendre propres.

Avec une taloche, il racle le long du plâtrage, afin d’enlever les parties détachées et saillantes.
Si ceci est en ordre le peintre peut appliquer l’enduit.

Il le fait en une couche de quelques millimètres.
Cette couche permet d’éliminer ou de cacher d’éventuelles irrégularités.
Du reste, ce produit à base de plâtre adhère bien sur le plâtrage, parce que tous deux sont des matériaux absorbants.

Si les murs sont déjà enduits d’un apprêt, ceci scelle le plâtrage et la couche d’enduit n’adhérera pas bien…
Dès que le mur entier est recouvert d’une couche mince d’enduit, il peut encore étaler ceci bien lisse.

A cette fin, il utilise une taloche plus grande.
En exerçant une petite pression et en écrémant de cette façon, le mur est déjà plus lisse.
A certains endroits, il ne sera pas possible d’obtenir un résultat entièrement lisse avec une telle couche mince d’enduit de finition, il peut donc être utile de prévoir encore une seconde couche.

Veillez bel et bien à attendre au moins 24 heures entre les deux couches et de poncer un peu avant d’appliquer la couche suivante.
Il est évident que lisser tous les murs prend pas mal de temps.

Pour accélérer le travail, on peut aussi travailler avec un enduit à projeter.
Ce produit prêt l’emploi est préparé de telle façon qu’il peut être appliqué avec une machine à projeter, grâce à sa fine structure.
Sur la machine à projeter, qui peut être louée, se trouvent des rouleaux, entre lesquels le sac peut être coincé pour presser l’enduit hors de l’emballage. De cette manière, on perd à peine du produit.
Dès que l’entonnoir est rempli, le peintre peut utiliser la machine pour projeter une couche d’enduit sur le mur.
Ceci se fait sous haute pression, avec un embout réglé large, afin de recouvrir le mur en un temps record.

Avec ce système, le produit est aussi appliqué de façon plus égale, ce qui diminue les différences d‘épaisseur par rapport au travail manuel.
Puis il poursuit le travail de la même manière qu’avec l’enduit de finition ordinaire.

En d’autres termes, on doit à nouveau étaler avec un couteau large pour rendre le mur plus lisse.
Il maintient le couteau relativement plat et ne pousse pas trop fort, afin de ne pas le plier et de ne pas retirer trop de produit.
En tout cas, ce finisher ne peut pas être appliqué dans une épaisseur de plus de 5 millimètres. Donc s’il remarque qu’il ne parvient pas encore à corriger suffisamment certaines différences, il prévoit – dans le respect du temps de séchage requis entre deux couches – une ou plusieurs couches supplémentaires.
Dès que la couche d’enduit final achevée est suffisamment sèche, donc après une journée, ceci doit encore être poncé.
La fiche technique de l’enduit mentionne qu’il vaut mieux le faire avec un papier abrasif fin.

Il prend donc une taille de grain de 150 à 200.

Si vous utilisez un papier plus grossier, vous pouvez créer des sillons dans votre couche de finition et vous revenez à votre point de départ…
Ce ponçage de votre enduit est très important car il permet d’atteindre la planéité finale du mur.
En d’autres termes, le peintre le fait de façon très approfondie et avec toute la patience requise.

Il veille aussi à avoir un éclairage suffisant, afin de voir clairement où le plâtrage n’est pas encore suffisamment plane.
Une ponceuse avec aspirateur est certainement pratique, afin d’aspirer aussitôt la poussière.
En ponçant à fond la surface complète, les éventuelles stries du couteau à enduire sont également éliminées.

Pour les grandes surfaces, il est préconisé d’utiliser une ponceuse mais pour les bords et les angles, il utilise un bloc de ponçage, afin de poncer bien droit.
Pendant le ponçage, il frotte aussi de temps à autre sur le mur avec sa main, ainsi il sent aussitôt si la surface est joliment lisse. Car à l’oeil nu, certaines imperfections ne sont pas toujours clairement visibles.
Dès que tous les murs sont totalement lissés, il est quasi prêt à pouvoir poser le papier intissé.

Mais avant de pouvoir le faire, le plâtrage doit encore être traité avec une couche de fixation incolore.
Cette couche d’apprêt sur les murs intérieurs fera en sorte que le support est saturé et devient donc moins absorbant.

De cette manière, le plâtrage est littéralement scellé afin de pouvoir tapisser de façon optimale.
La colle à tapisser sur le mur restera humide plus longtemps et collera donc plus longtemps, ce qui lui donnera plus de temps pour appliquer correctement l’intissé.
Avec cette couche de fixation, la poussière sur le mur est également fixée, de telle sorte qu’il pourra poursuivre le travail sur un support exempt de poussière.
Il suffit d’appliquer une seule couche avec cet apprêt.

Il traite les bords à la brosse, pour pouvoir enduire ensuite aisément le reste du mur avec le rouleau.
Le produit est sec après quelque 6 à 8 heures et on peut tapisser.
Pour cela, le peintre commence par mesurer le mur pour préparer l’intissé sur mesure.

A cette fin, il dispose d’un outil pratique: une dérouleuse. Celle-ci intègre un mètre, qui indique aussitôt la longueur du morceau d’intissé qu’il a déroulé.
De cette manière, il peut raccourcir les bandes de papier à la bonne longueur de façon rapide et aisée.
Ensuite il scotche la largeur nécessaire sur le rouleau pour pouvoir couper de façon correcte.

Il calcule ceci de manière à éviter des lés de moins de 10 centimètres de large.
Avec l’intissé nécessaire à portée de main, il peut maintenant encoller le mur. Il le fait avec une colle murale universelle prête à l’emploi.
Il étale sur les bords avec une brosse et encolle ensuite le reste avec un rouleau.

Il est important de faire ceci séparément lé par lé, afin que la colle ne soit pas encore trop sèche avant d’apposer l’intissé.

Car une fois déroulé, vous ne disposez que de 20 minutes pour coller le papier intissé.
L’encollage du mur doit être généreux mais aussi égal, afin de pouvoir coller l’intissé fermement et sans irrégularités.
Pour positionner le premier lé, il utilise un laser, afin que celui-ci soit certainement suspendu bien perpendiculaire.

En guise d’alternative, vous pouvez ici aussi utiliser un fil à plomb ou un niveau à bulle.
Il ajuste joliment le dessus du rouleau contre la ligne laser, afin que l’amorce soit bien droite, et puis il laisse tomber le reste du rouleau.

De cette manière, le lé est suspendu droit de façon naturelle.
Car si vous voulez coller le lé complet de façon minutieuse le long de la ligne laser, vous risquez de déchirer l’intissé, du fait que vous tentez de l’ajuster et donc, que vous le forcez.
Pour obtenir une bonne adhérence tendue sur le mur, il lisse encore le papier avec une spatule à tapisser.

Ceci doit se faire avec une grande douceur pour ne pas l’abîmer.
Ne pas oublier les angles et les raccords, afin que votre papier soit aussi bien ajusté au support!
L’intissé excédentaire doit encore être coupé de façon nette.

L’utilisation d’un couteau tranchant est ici essentielle.
Il passe simplement dans les angles intérieurs avec le couteau et la spatule à tapisser le long du raccord pour raccourcir.
Sur les angles extérieurs, il maintient la spatule dans le prolongement du mur, afin de pouvoir couper contre avec le couteau le long du bord – et le profil d’angle.
Il le fait prudemment afin d’obtenir un raccord de coupe bien droit.
Puis il humidifie une éponge propre avec de l’eau claire et tamponne tous les bords du lé de papier.

Ainsi la colle adhère certainement bien dans les angles. Et avec l’éponge, vous pouvez en outre encore pousser de façon plus méticuleuse qu’avec la spatule.
Ensuite le peintre passe au lé suivant.

Celui-ci est un peu plus large que nécessaire, en vue d’une finition la plus tendue possible du raccord à l’extrémité.
Lors de l’encollage du second lé, il est maintenant très important de le positionner de façon tendue contre l’intissé adjacent sur la longueur complète.

Ceci doit se faire avec une grande minutie, afin que le raccord soit le moins visible possible.
Si le raccord est bon, il peut alors prudemment commencer à lisser.
Dans le cas d’interruptions dans le mur, comme par exemple des prises électriques, vous devez pratiquer une incision dans votre papier à leur hauteur avec une très grande prudence.

De cette manière, vous pouvez progressivement finaliser le travail et lisser tout à l’heure autour de l’obstacle.
Poursuivez donc le travail avec prudence et minutie jusqu’à ce que le lé complet soit suspendu plane contre le mur.

Et découpez proprement les excédents à l’extrémité.
L’utilisation d’un intissé supérieur avant la peinture est conseillé pour obtenir un support encore plus tendu.

Cela rend votre mur encore plus égal et uni, et confère la même structure sur la surface complète de votre mur.
Par ailleurs, cela accroît la solidité, si bien que vous aurez moins vite des fissures ou des dégâts dans votre mur achevé.
Comptez que ce papier intissé doit sécher un jour avant de passer à l’étape suivante dans la finition des murs.


Nous avons confié ces travaux à des professionnels et n’avons pas pu économiser sur ce point.

Le montant économisé reste donc fixé à 103.110 euros.


Dans la prochaine émission, le peintre passe à la finition réellement décorative de nos murs et plafonds.

Il veille à une finition tendue de tous les raccords et peint ensuite le papier intissé avec une peinture laque.

En guise de touche finale, il place encore des plinthes en aluminium et il crée un mur d’accentuation dans le séjour.
Vous voulez revoir La maison en autoconstruction? Surfez sur www.dobbit.be!

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.